samedi 12 avril 2014

Sous haute dépendance

Sous haute dépendance
d'Ursula Poznanski
Éditions Bayard Jeunesse
442 pages

Description:
Voilà un moment que Nick, 17 ans, a constaté que de plus en plus d'élèves sont absents en cours et deviennent distants. Cela aurait-il un lien avec les CDs qui passent de mains en mains et dont personne ne veut parler?
Alors qu'il commence à être exaspéré de ces messes-basses, de ces regards appuyés et de son ami qui ne répond plus à ses SMS, une jeune fille, un peu amoureuse de lui, s'approche et demande à lui parler seule à seul.
Sa raison apparaît bientôt: elle veut lui donner LE CD. En échange, il doit promettre de ne le montrer à personne.
Il s'avère ne s'agir que d'un jeu, Erebos, criant de vérité mais pas si exceptionnel que ça... jusqu'à ce que les personnages, les PNJ, répondent précisément à ses questions et que le Messager (l'équivalent du maître du jeu, qui est virtuel) lui parle directement, à lui, et non à son héros.
Il décide de continuer à y jouer, en devant respecter de nouvelles règles, plus strictes, et devient vite accro à ce jeu.
Seulement, comme il l'a déjà constaté, celui-ci n'est pas comme les autres jeux et devient même très dangereux...

Mon avis:
Le livre:
Tout d'abord, désolée pour le résumé qui n'est peut-être pas aussi clair qu'il aurait pût l'être.
Mes premières impressions, pour commencer, ont été que l'écriture n'était pas terrible et qu'il était difficile d'accrocher. Je m'explique: dès le début, il y a énormément de sauts dans le temps, de coupures, etc. et c'est assez gênant pour l'immersion... en plus de l'écriture en elle-même, qui, je ne saurais dire pourquoi, ne m'a pas plu.
Finalement, on s'habitue à l'écriture (mais ça reste quand même un point négatif) et les sauts dans le temps disparaissent quasiment (donc, de ce côté ça va).

Les personnages sont bien trouvés, l'histoire supère sympa (à mélanger virtuel et réalité) et je dois bien avouer avoir envie d'essayer ce jeu, car juste l'éventualité d'une telle intelligence pour quelque chose d'informatique est pour moi une merveille.
On se retrouve aussi bien dans la peau du personnage principal que dans celle du héros du jeu, ce qui nous permet de vivre, de ressentir, ses sentiments et d'avoir, nous aussi, une petite angoisse en vue des missions...
On peut même se surprendre à avoir l'impression d'être espionné par le Messager! Pour dire à quel point finalement, l'immersion n'est pas si mal faite que ça, passé le problème temporel du début.

Mon avis final:
Tout ça réunit donne un livre imparfait, mais dont on devient... sous haute dépendance!
Un livre à essayer, pour ceux qui jouent aux jeux vidéo, qui aiment l'informatique ou tout simplement si vous avez envie d'une lecture distrayante (même si le plaisir de la lecture dans ce cas-là sera peut-être moins important que dans les autres cas).
Sous Haute Dépendance est un livre aussi intéressant par le fait qu'il désigne l'isolation créée par les nouvelles technologies et leurs répercussions sur la vie de tous les jours. Même si je ne suis pas forcément d'accord avec eux à 100% (que l'on devient insociable, dangereux, violent, etc.), je le suis quand même en partie, et je pense que certaines personnes feraient mieux d'aller un peu plus voir leurs potes dehors et de passer du temps au soleil plutôt que de jouer pendant des heures sans sortir de chez lui. Heureusement, ce n'est pas le cas de tous les joueurs (et tant mieux), et il est tout de même important de le rappeler!

Malgré une immersion plutôt bien mise en place et une histoire attractive, il y a un quelque chose qui m'a dérangée... quoi, je ne sais pas vraiment. Il y a le style de l'auteur, pour commencer, mais aussi quelque chose d'autre dont je ne saurais pas mettre le doigt dessus.
Un livre qui m'a bien plu, mais qui a tout de même été...

3 commentaires:

  1. Un livre que je ne connaissais pas du tout...
    Et que je pense ne pas lire ^^
    Si l'écriture de l'auteur nous perd dans l'histoire, ce n'est pas très enthousiasment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'il n'est pas très connu. C'est assez déroutant au début, mais on finit par s'y habituer et ce n'est plus si gênant que ça finalement. Néanmoins, ça reste un livre que je ne recommande pas spécialement... même s'il a de bonnes idées!

      Supprimer
    2. *l'écriture est assez déroutante
      Pardon, j'avais oublié un bout de la phrase...

      Supprimer