Mes dernières chroniques

http://laviscoccinelle.blogspot.fr/2017/01/harry-potter-et-lenfant-maudit-theatre.htmlCouverture Sauveur et fils, tome 2Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiverCouverture Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël

mercredi 14 septembre 2016

Black Sands: unité 731 (BD)

 Couverture Black Sands : unité 731
 "Black Sands"
de Tiburce Oger et Mathieu Contis
Éditions Rue de Sèvres
106 pages

4ème de couverture:
1943, archipel Bismarck, au large du Pacifique...

Un commando américain accoste en toute discrétion sur une petit île avec une mission ultra-secrète dont la réussite pourrait faire basculer l'issue de la guerre. Mais l'île recèle de bien sombres surprises. Ce que les hommes vont découvrir dépasse l'entendement... L'âme humaine est capable du pire pour assouvir ses désirs de puissance et cette unité 731 en est la preuve.

Librement inspiré de faits réels, ce récit d'horreur au cœur de la Seconde Guerre Mondiale dévoile un pan méconnu de l'histoire.

Mon avis:
Les dessins/couleurs:
J'ai bien aimé les dessins dans leur ensemble, mais j'ai surtout aimé les plans utilisés et la présence de couleurs dominantes. Le choix de celles-ci colle bien à l'ambiance voulue, un peu oppressante, dans un univers hostile...

La BD:
Dès le début, on sent une certaine atmosphère mise en place. Les paroles du narrateur installent une pesanteur. On ne sait pas à quoi s'attendre, on imagine que le pire peut arriver. Les éléments de compréhension nous sont donnés au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire, si bien que l'on ne saisi pas forcément tout ce qu'il se passe au départ. Cela installe un suspens ma foi pas si déplaisant que cela en tant que lectrice. On souhaite comprendre, voir comment les liens entre les personnages vont évoluer... et comment ils vont s'en sortir.

Joseph, le personnage principal, n'est pas de ceux que je retiendrai éternellement, mais une foi n'est pas commune, le personnage n'importe pas tant que cela. Ici, l'on retient surtout l'horreur humaine. Je rappelle que l'histoire est inspirée de faits réels, et lorsque l'on s'en rend compte, c'est... horrible. Je me suis renseignée sur l'unité 731 après lecture pour savoir quels éléments de l'histoire sont véridiques et lesquels sont inventés. J'en ai appris plus sur cette période grâce à la BD (et je trouve ça géniale !), et j'ai donc été encore une fois été exposée à la folie humaine, qui me sidérera toujours. L'Homme est tellement violent, tellement fourbe.
Cette BD d'horreur en devient presque glauque. Presque dérangeante. Mais, ne me prenez pas pour une folle, j'ai aimé ça. J'ai trouvé cela passionnant de découvrir l'Histoire avec une histoire scénarisée, en divertissement. Morbide par moment, mais passionnant. Et puis le traitement n'est pas si sordide que cela. De plus, ce n'est pas qu'un bouquin d'histoire, non plus. Ça se base sur de vrais faits, mais la majeure partie est inventée.

J'ai aimé l'histoire, les événements, l'intrigue. Et même si la BD reste majoritairement inventée, elle est quand même très intéressante. Elle expose le contexte qu'est la guerre, un moment complexe, dans lequel on voulait faire avancer la science coûte que coûte, dans lequel il pouvait y avoir conflit d'intérêt entre deux personnes du même camp. J'ai trouvé cela très bien représenté.

Je vais simplement finir ma chronique en vous parlant de la fin de ma lecture. Plus précisément le moment où j'ai reposé la BD et où j'ai commencé à y penser. Je suppose que vous avez déjà tous vu des images choquantes de camps de concentration ou de blessés en cours d'histoire (ou autres images du même genre) ? Si vous n'êtes pas insensibles, je suppose que vous avez donc ressentis après coup une... comment dire cela... une tristesse profonde. Vous avez peut-être étés un peu sonnés, abasourdis ? Si vous voyez de quel sentiment je parle, alors je peux vous dire: j'étais exactement comme ça à la fin de ma lecture. J'avais passé un très bon moment, une très bonne lecture, mais j'avais comme un poids sur le coeur.
Cela n'altère en rien mon avis, au contraire, puisque je juge que si Black Sands: Unité 731 m'a fait cet effet, c'est qu'elle était bien maîtrisée, avec un bon rythme et que la BD était percutante. Je ne saurais pas dire ce qui m'a fait cet effet-là en particulier, mais le principal est que j'ai aimé.

Mon avis final:
Black Sands: unité 731 est une BD sur l'unité 731 pendant la Seconde Guerre Mondiale. Je ne saurais dire exactement ce qui m'a fait l'aimer à ce point, mais je peux vous parler du scénario, pas des plus complexes mais carrément prenant, de la représentation plutôt juste et recherchée des différents camps avec les intérêts qui vont avec, du fond un peu... morbide (sans que ce soit une BD ultra sombre non plus), de mon sentiment post lecture... En bref, même si je ne suis pas rentrée tout de suite dedans, j'ai adoré !

 Livre reçu et lu en partenariat avec les éditions Rue de Sèvres
(Mon avis est 100% sincère !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire